22/05/2013

Arnaque réussie … on y est !

Chronologie : cliquez ici 

Toute l'histoire : cliquez ici , la suite : cliquez ici

 

Mai 2013 : tel qu’il fut décidé lors de la dernière AG, la copropriété a entrepris de faire faire - et de payer - elle-même les travaux de corrections des malfaçons et de finition du chantier inachevé et abandonné (depuis plus de 8 ans) des promoteurs de la BIP/Victorialofts.com.

Ces travaux ont démarrés ce mardi 21 Mai 2013.

Les promoteurs de la BIP/Victorialofts.com (en liquidation volontaire) n’ont donc plus à se soucier de l’achèvement de leur chantier : arnaque réussie !

Les promoteurs de la BIP/Victorialofts.com (en liquidation volontaire) n’auront donc pas à débourser pour l’achèvement de ce chantier l’argent qui était destiné à cet achèvement, et qui leurs avait pourtant été versé par les acheteurs : le prix d’achat payé par les acheteurs aurait dû correspondre à la livraison d’un bien totalement achevé. Les promoteurs de la BIP/Victorialofts.com ont encaissé l’argent, mais n’ont jamais livré le bien achevé : arnaque réussie !

Les copropriétaires vont ainsi payer une seconde fois pour l’achèvement de ce chantier ! Arnaque réussie ! 

Les promoteurs de la BIP/Victorialofts.com (en liquidation volontaire, rappelons-le) peuvent ainsi tranquillement poursuivre leurs agissements en France, dégagés des crasses abandonnées en Belgique que constituent leur chantier inachevé, dettes bancaires/fiscale/envers la (les ?) copropriété(s ?) et autres actions en justice !  

Du point de vue de copropriétaire : arnaque dans toute sa splendeur ! Du grand art !

bruxelles,victoria,immobilier,immo,brussel,loft,real estate,lofts,bip,belgian international properties,victorialofts.com,arnaque

30/03/2013

Arnaque... en passe de réussir

Chronologie : cliquez ici 

Toute l'histoire : cliquez ici , la suite : cliquez ici

 

Mars 2013 : lors de l’assemblée générale de la copropriété, il fut voté l’achèvement du chantier inachevé et abandonné de la BIP/Victorialoft.com, par et au frais des copropriétaires !

Ceci en conséquence de la disparition (la fuite diront certains) des promoteurs de la BIP/Victorialofts.com (en liquidation volontaire) qui, rappelons-le, nous imposent leur chantier inachevé depuis plus de 8 ans, et ne sont plus même ni présents, ni représentés dans le cadre de l’action en justice entreprise à leurs encontre.

Il est à noter que, lorsqu’ils ont acheté leurs lofts et parkings, les acheteurs (futurs copropriétaires) ont payé à la BIP/Victorialofts.com la totalité du prix demandé, donc y inclus leurs contributions aux travaux des parkings et jardins.

Dans la mesure où les parkings n’ont jamais été – correctement – achevés, et le jardin au-dessus de ces parkings jamais réalisé, on ne peut que raisonnablement conclure que les promoteurs de la BIP/Victorialoft.com n’ont pas payé la totalité du coût de ces travaux à leur entrepreneur général et à leur entrepreneur de jardin.

Ce qui mène à la situation où :

  1. Les promoteurs de la BIP/Victorialofts.com ont encaissé la totalité de l’argent, mais ne l’ont, selon toute vraisemblance, pas totalement dépensé (du moins pas pour ce à quoi il était destiné, à savoir la livraison de parkings et jardin totalement achevés).
  2. Les promoteurs de la BIP/Victorialofts.com ont « dégagé », « fuit » avec le pognon !
  3. Les copropriétaires vont devoir payer une seconde fois pour achever ces travaux au niveau des parkings et jardin !

Si, du point de vue de copropriétaire, ceci ne peut être qualifier d'arnaque caractérisée, je ne sais pas quelle autre dénomination utiliser ! 

bruxelles,victoria,immobilier,immo,brussel,loft,real estate,lofts,bip,belgian international properties,victorialofts.com,arnaque

Ps. Ceci sous réserve que du côté du liquidateur, il n’y ai pas de moyens financiers issus des « restes » de la BIP/Victorialofts.com en liquidation, moyens financiers qui pourraient être alloués au remboursement de ces travaux par le liquidateur à la copropriété, et que le liquidateur accepte ce remboursement. Mais au vu de la situation, cela semble être de l’ordre de la business-fiction.